Jour

juillet 6, 2015

Les insecticides nuisibles? Pas que pour les insectes.

Depuis leur 1ère apparition dans les années 60, les insecticides n’ont cessé d’évoluer vers des familles de molécules chimiques de plus en plus toxiques, rapides et efficaces: les organochlorés aux pyréthrinoïdes dits de « 3ème génération » permettent de bloquer la neurotransmission des insectes provoquant leur paralysie au moindre contact. Ils sont présents dans tous les produits insecticides tels que les produits anti-poux, les colliers anti-puces, les prises anti-moustiques, barrière insecticides, et bien entendu dans notre assiette par le biais de l’utilisation de ces pesticides en agriculture et de la présence de ces molécules dans l’environnement (air, eau, sols).

Bien qu’un lien officiel n’est encore jamais été établi, un nombre croissant de scientifiques² commencent à penser qu’un insecticide qui a pour effet de détruire le système nerveux des insectes pourrait avoir des conséquences de même nature sur le système nerveux de l’homme à doses répétées sur de longues périodes. Quelques publications qui mettent en évidence ce lien font leur apparition et établissent clairement que les personnes exposées professionnellement et géographiquement aux insecticides ont plus de risques de développer de nombreuses maladies: cancer, dégénérescences neurologiques¹, malformation congénitales, problème d’infertilité.

Dernièrement, le cancer du lymphome malin non hodgkinien chez l’agriculteur en raison d’une exposition prolongée aux pesticides a été déclarée maladie professionnelle.

Une autre étude menée par l’Inserm, établit qu’une exposition répétée et prolongée aux insecticides avait un impact sur le cerveau des enfants:

Lire l’article

¹ Ref. « Professionnal exposure to pesticide and Parkinson’s disease » rapport publié par l’INSERM en collaboration avec la MSA
² Etudes disponibles sur le site américain du National Center for Biotechnology Information.