9
nov
2017
2

Eviter la dépression saisonnière?

Ce samedi 28 octobre, la nuit a reculé d’une heure et pour certains, quel bonheur de gagner une heure de sommeil ce week-end. Mais pour d’autres, ce petit privilège ne sera que de courte durée car « changement d’heure » automnal signifie aussi, un manque de lumière qui s’amorce. Et ce manque de lumière qui va durer tout l’hiver, va impacter très fortement notre humeur: fatigue, manque d’enthousiasme, tristesse, envie de dormir, pulsions sucrées, baisse de la libido, anxiété, déprime, en bref, ce qu’on appelle communément: la « dépression saisonnière ».

En effet, la lumière influe sur notre horloge biologique interne en agissant sur les neurotransmetteurs qui sont les messagers de notre cerveau, dont la sérotonine. La sérotonine, appelée « l’hormone du bonheur » régule l’humeur, l’anxiété, l’appétit et le sommeil car elle est aussi le précurseur de la mélatonine responsable des cycles éveil-sommeil.

Aussi, le froid épaissit le sang ce qui en diminue la quantité d’oxygène provoquant ainsi une baisse de carburant pour nos cellules et donc une baisse d’énergie.

Pour contre-carrer ces effets sur notre bien-être, il faudra donc « nourrir » notre cerveau et nos cellules. Voici donc quelques conseils¹ pour y parvenir:

Les gestes au quotidien:

  • Tout d’abord: s’oxygéner, sortir prendre l’air et s’exposer à la lumière naturelle le plus possible, au moindre rayon de soleil, même pour une courte marche,
  • Pratiquer la luminothérapie² à raison de 30 minutes par jour,
  • Pratiquer une activité physique quotidienne pour activer les endorphines, fluidifier le sang et oxygéner vos cellules,
  • Bien qu’on ait plus souvent envie de fondue savoyarde, de raclette et de chocolat pendant l’hiver, il est pourtant important de diminuer la consommation de graisses et de sucres, ceux-ci pouvant conduire par différents aspects à des dérèglements hormonaux et influencer notre stabilité émotionnelle.

Aussi, pour aider à lutter contre les pulsions sucrées et autres addictions, le Griffonia³ peut être un complément pour combler le déficit de production de sérotonine grâce au 5-HTP qui en est le précurseur.

Augmenter votre consommation en omégas 3 car les acides gras polyinsaturés sont les constituants principaux des membranes cellulaires notamment des cellules nerveuses: poissons gras 2 à 3 fois par semaine (saumon, thon, maquereaux, sardines, harengs), huile de lin, colza, noix 1 à 3 cas par jour.

Penser à la vitamine D3, car nombreuses sont les personnes carencées en hiver et une carence en vitamine D3 selon plusieurs études aurait une conséquence sur les variations saisonnières de l’humeur.

Augmenter votre consommation en aliments riches en vitamine B et magnésium car ces derniers sont essentiels à la synthèse des neurotransmetteurs, au bon fonctionnement des cellules nerveuses, et au métabolisme énergétique: légumineuses, céréales complètes, légumes à feuilles vertes, germe de blé, levure de bière. Eviter l’alcool, grand consommateur de vitamine B.

 ¹ Pour en savoir plus sur les cures de Griffonia selon vos carences et besoins, n’hésitez pas à me contacter. Le Griffonia est déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes. 

² Pour en savoir plus sur la luminothérapie: cf « Le saviez-vous? »

³ Ces conseils sont donnés à titre éducatifs et ne peuvent en aucun cas se substituer à un diagnostic ou avis médical prodigué par un médecin ou tout autre professionnel médical qualifié en cas de pathologie chronique et persistante. Les conseils d’un naturopathe peuvent se pratiquer en complémentarité et sous avis médical. En cas de prise de médicaments, en particulier les anxiolytiques, antidépresseurs et autres neuroleptiques ainsi que les anti-coagulants, il est indispensable de consulter votre médecin avant de prendre ces compléments.

Laisser un commentaire